Bruxelles : mieux gérer l’urbanisme... et les contradictions des habitants

17/05/2017

Simplifier, harmoniser et, autant que possible, raccourcir les procédures administratives : voilà l’objectif que s’est donné la Région bruxelloise en matière d’urbanisme. Au menu, une réforme en profondeur du Code bruxellois de l’Aménagement du Territoire (CoBAT) “ à tel point que l’on touche à absolument tous les chapitres du texte”, a insisté Bety Waknine, CEO de BUP-BSE lors de sa présentation au deuxième jour du salon Realty 2017. 

“À tous les niveaux, nous avons essayé de simplifier les procédures, qui en avaient bien besoin et, surtout, d’offrir une meilleure visibilité aux porteurs de projet. Exit, par exemple, la définition d’un cahier des charges complet pour chaque étude d’incidence : des modèles-types seront créés, ce qui devrait permettre de gagner jusqu’à 6 mois de procédure.

On notera aussi le fait que les demandes de permis d’urbanisme devront être introduites dans un délai maximum de 6 mois. “ Nous voulons responsabiliser les administrations”, a encore expliqué Bety Waknine, tandis que le nombre de membres du comité de concertation a été réduit à 4. Il faudra par contre faire preuve de patience : le texte est encore discuté au Parlement bruxellois et ne devrait entrer en vigueur que dans le courant de l’année prochaine.

Gérer les contradictions

Reste qu’en termes de planification urbaine, la Région devra se montrer inventive, histoire de répondre aux demandes souvent contradictoires exprimées par la population, lors d’une vaste enquête publique. On y apprend notamment que les Bruxellois demandent massivement la création en grand nombre de nouveaux logements… mais se montrent réticents face à toute forme de densification urbaine. Voire crient carrément au loup dès qu’on leur parle de construire des tours.

Idem en termes de mobilité, une préoccuppation majeure des Bruxellois, qui insistent pour que l’on maintienne le nombre de stationnements et que l’on fasse le nécessaire pour fluidifier la circulation… tout en insistant pour que l’on développe des alternatives à la voiture, les transports en commun, quitte à mettre fin à l’entrée de grandes voies routières dans la capitale.

        Disclaimer     Contact team

Join your community:

Realty on Twitter

By continuing your visit on this site, you accept the use of cookies to propose you customised services and adapted offers. Read more