Le rêve immobilier de GAETAN HANNECART (CEO de Matexi)

10/05/2017

Privilégier et soutenir l’authenticité



« Quel est votre plus grand rêve immobilier ? » C’est la question que nous poserons à plusieurs professionnels de l’immobilier, leaders d’opinion et acteurs politiques durant les prochaines semaines. Dans le cadre de Realty 2017, le plus grand évènement pour les professionnels de l’immobilier en Belgique, nous leur donnons carte blanche. Curieux d’en savoir plus sur les idées ingénieuses et autres visions grandioses qui en ressortiront ? Voici le rêve immobilier de Gaëtan Hannecart, CEO du groupe Matexi.

Je trouve qu’au travers de projets d’infrastructure et de construction, nous avons une chance unique de contribuer à l’identité des lieux, que ce soient les régions rurales et leurs villages ou les villes et leurs quartiers. Je rêve de villes dynamiques, composées de quartiers attrayants, et de régions rurales vertes, parsemées de villages, le tout interconnecté par une mobilité fluide.

Il me semble assez facile de construire un bâtiment sous l’angle économique ou emblématique. Mais ce ne sera toujours qu’un bâtiment, aussi beau ou rentable soit-il. Car si ce bâtiment n’est pas en harmonie avec son environnement immédiat, cela altère l’authenticité du lieu. Par contre réaliser des projets à partir des éléments positifs et de l’identité du lieu, et qui contribuent à renforcer le caractère et l’identité du lieu me semble certes plus complexe, mais également bien plus intéressant et responsable.

De la Toscane au quartier parisien du Marais

Il est possible de travailler autrement, plus intelligemment : il suffit de regarder le centre des villes que nous admirons, comme Paris avec ses quartiers tels que le Marais, Saint-Germain et l’île Saint-Louis, ou encore Londres avec le Mayfair, Kensington, Portobello et même son Chinatown. Il suffit de regarder les régions que nous affectionnons, comme la Toscane, la Bretagne ou encore la Provence. À chaque fois, il s’agit d’identités fortes et respectées.

En Provence, on trouve des villas modernes qui respectent l’architecture vernaculaire provençale et qui s’intègrent harmonieusement dans l’environnement. De nombreuses régions de par le monde sont rentrées dans cette dynamique, à l’image des villages de Toscane ou des quartiers de Paris. Cela ne se fait pas au détriment du secteur immobilier, puisqu’il s’agit simplement de rechercher un meilleur équilibre entre le bâtiment et son environnement immédiat. En Belgique, le caractère socio-historique et géographique des régions et des quartiers n’est pas suffisamment pris en considération et est trop peu mis en avant dans les réflexions urbanistiques.

Les autorités ont donc leur rôle à jouer en la matière. Il s’agit pour elles d’identifier les quartiers et leurs caractéristiques, puis de stimuler les projets qui prennent ces caractéristiques en compte et les renforcent, plutôt que les projets qui ne contribuent pas à l’embellissement du quartier ou de la région rurale. Cela aurait tellement plus de sens. Je rêve par exemple d’une Région de Bruxelles-Capitale qui soit un véritable kaléidoscope de quartiers à l’identité forte, que ce soit celui de Matonge, de la place du Châtelain ou des Marolles, mais toujours propres, accessibles et avec des espaces publics verts et attrayants. Il me semble donc nécessaire et urgent de déplacer l’attention de « l’objet immobilier » vers « l’environnement immobilier ».


            Contact team

Join your community:

Realty on Twitter

By continuing your visit on this site, you accept the use of cookies to propose you customised services and adapted offers. Read more